Les français jonglent avec leurs écrans

Les français sont dingues de leurs écrans. Ce n’est pas une nouveauté me direz-vous. Mais l’étude annuelle Screen 360 nous apprend qu’ils les utilisent tous en même temps.

Screen 360, c’est une étude annuelle délivrée par Médiamétrie qui a pour objectif de « suivre les usages audiovisuels réalisés sur l’ensemble des écrans possédés : les téléviseurs, les ordinateurs, les téléphones mobiles et les tablettes tactiles ». Nous apprenons tout d’abord que la sacro-sainte télévision reste l’écran le plus usité, 97% de la population n’a pas changé ses habitudes et la regarde via un écran de télévision. Les programmes que l’on regarde en famille restent encore et toujours d’actualité malgré la déferlante des nouvelles technologies.

En revanche, environ deux tiers des français avouent utiliser un deuxième écran pour regarder un programme télévisé au moins une fois par semaine. Et ils sont 17% à la regarder en temps réel sur un ordinateur. Les autres médias ne sont pas en reste puisque 25% des gens qui possèdent une tablette l’utilisent pour regarder la télévision alors que 12% de ceux qui possèdent un smartphone regardent la télé dessus. Rien de révolutionnaire finalement.

Le vrai changement intervient dans la transversalité de l’utilisation de ces écrans. Plus d’un quart des personnes interrogées ont déjà commencé à regarder un programme sur leur écran télé pour terminer de le regarder sur une tablette, un ordinateur ou un smartphone. Cela s’explique par le désir de s’isoler ou l’utilisation du téléviseur par un autre membre de la famille.

Non contents de passer leurs journées devant un écran, que ce soit celui d’un ordinateur au travail, celui d’un téléviseur dès qu’ils rentrent chez eux, celui d’une tablette pour jouer un peu ou celui d’un smartphone pour tout le reste de la journée, nos compatriotes font une utilisation « séquentielle » de leurs différents écrans, et naviguent entre l’un et l’autre afin d’optimiser au mieux leurs besoins et d’absorber un maximum d’images.

On n’arrête pas le progrès